Franck/ mai 15, 2019/ Innover, Management, Piloter

 

Qui ne connait pas la notion de destruction créatrice ? Que cela soit en chimie, physique, et dans le monde des affaires on peut dire que « rien ne disparait tout se transforme  » pour paraphraser M. Lechatellier.

Mais faut il avoir la bonne idée qui va tout chambouler ? Voici en 3 points clefs toutes les bonnes raisons pour sécuriser vos affaires !

1- Conserver mon écosystème

Qu’il soit technologique, ou autre il est important de se convaincre que l’écosystème de mon entreprise est mature. Ceci peut se faire en analysant la posture « chien de faïence » de la concurrence et se poser la question, est ce que le coût de développement en vaut le bénéfice? Est ce que ma technologie n’est pas trop en avance sur mon segment? Est ce que ma technologie est dépendante des autres existantes actuellement?  Ce premier niveau d’analyse va vous permettre de faire un mapping de votre stabilité de l’écosystème.

2- Consolider les technologies de mon écosystème

Les technologies bougent plus ou moins vite.  Traditionnellement les technologies évoluent entre elle au même rythme, pour passer de destruction, à co-existence puis résilience. La co-existence est une étape critique, car une technologie peut prendre le dessus sur une autre. Il est donc stratégiquement essentiel de savoir maîtriser leurs évolutions. En terme de résilience on note deux familles, celle de l’illusion (immobilisme suivi d’un changement très rapide), et celle plus lente voire robuste (ancien business modèle, solide technologie). A la vue de la qualité du socle technique de l’écosystème il est possible d’avoir des racines profondes et stables. 

3- Maitriser mes actions 

Chaque action en interne génère des effets en externe. Des prises de décisions trop hâtives ont des conséquences souvent incontrôlables. Il est souvent proposé de faire un « what if », ou un dérivé d’Ishikawa pour avoir un effet prédictif des décisions à prendre et donc des actions à mener. Il est essentiel de contrôler à tous les niveaux de l’activité les effets collatéraux des actions à mener. 

 

Ces 3 points sont des bases pour consolider des affaires, pour stabiliser un environnement mouvant et rassurer les équipes. L’incertitude n’est pas bonne conseillère. 

Qu’en est il des start-up qui apprennent à naviguer sans business model stable, sans écosystème consolidé, sans « road map » corporate? Que devons nous apprendre de leurs qualités à gérer l’incertitude à ne pas se focaliser sur les modèles et valeurs du passé ? Et finalement la vraie bonne raison de ne pas bouger ne serait se pas la peur l’incapacité à gérer l’incertitude ?